Grand âge : comment financer la dépendance d'un proche

Grand âge : comment financer la dépendance d'un proche

83% des français ne pourraient y faire face ! Y-a-t-il une solution ?

La dépendance des personnes âgées ne pourrait pas être financée par un proche.

Une enquête réalisée par l’institut IPSOS relève que les Français sont conscients du coût de l'aide aux personnes très âgées et pense ne pas pouvoir faire face aux dépenses à supporter.

Comment faire face à la survenue d’un état de dépendance lorsque je serai très âgé ? telle est la question qui traverse toutes les générations conscientes de la dépendance future.

Celle-ci est presque inéluctable.

Rester chez soi et bénéficier de l'aide au maintien à domicile est coûteux. Les tarifs des établissements spécialisés dépassent très largement le revenu moyen des retraités.

Si ce qui ressort nettement du sondage IPSOS. 

Presque 2/3 des séniors de 70 ans et plus affirment que la prise en charge de leur éventuelle dépendance sera difficile à réaliser. Ils précisent même qu’ils ne pourraient en payer la prise en charge.

L'appel à la solidarité intergénérationnel serait mis à mal dans un tel contexte. 

En effet 83 % des Français assurent ne pas pouvoir exercer la solidarité nécessaire et ne pas avoir la capacité financière pour faire face aux difficultés de leur proche très âgé.

L'appel à une forte implication de l'État français dans la prise en charge de la perte d'autonomie est réclamé.

Mais l'état ne pourra tout faire ! L'état-providence n'existe pas ! L'état fait déjà beaucoup d’un point de vue social et pour nombre des français certainement pas assez au regard des besoins de la société.

Ce point de vue est parallèle ou rejoint celui des retraites.

Il est juste de rappeler que la moitié des français est propriétaire au moins d'un bien immobilier.

Ce capital pierre pourrait se transformer en capital financier et pourrait faciliter les dépenses de santé, de maintien dans l’habitation principale ou permettre (en partie tout du moins) l’accès à un établissement spécialisé.

Cela pourrait palier aux difficultés nombreuses liées au grand âge. 

Le viager, sous toutes ses formes, est la solution adaptée à ce problème de société.

Il conviendrait, dans une stratégie réfléchie, de penser à « mettre » son bien immobilier en viager, avant que les problèmes de dépendances ne surviennent.

Cela pour au moins deux bonnes raisons :

  • Pendant que je suis alerte et en santé raisonnable, je peux, grâce au bouquet que j’ai perçu et aux rentes viagères qui me sont servies tous les mois, mieux vivre, me faire plaisir.
  • Pendant la durée du viager, je peux mettre de l’argent de côté pour le jour, ou hélas, je serai dépendant, tout en sachant que le jour ou je quitterai mon bien immobilier, pour « entrer » dans un établissement spécialisé, ma rente sera augmentée et que je n’aurai plus de charges à payer …. 

Le viager est la solution financière à un problème de société très onéreux qui s’appelle la dépendance !

Le viager est l’avenir de nos retraités et des personnes âgées !

Qu’en pensez-vous ?